suivez-nous sur

Facebook

Les longicornes

4,50

Ce carnet est consacré aux longicornes. Ces magnifiques coléoptères aux longues antennes vous émerveilleront par leurs couleurs et motifs, tout en vous faisant prendre conscience de leur importance capitale pour la santé des écosystèmes. Sur le même principe que le carnet « coccinelles », 48 espèces de longicornes sont traitées, vous offrant de nombreuses informations sur ces insectes ! Une fois de plus, ce carnet est magnifiquement illustrées par des photographies de terrain. À emporter partout lors de vos prospections naturalistes !

UGS : CN028 / 003 Catégories : ,

Description

Carnet du naturaliste – Les longicornes

par Sébastien Renson, Cercles des Naturalistes de Belgique asbl

36 pages en couleurs, 48 espèces décrites

Les longicornes, parfois encore appelés « capricornes » sont des insectes remarquables, possédant pour la plupart de longues antennes atteignant au moins la moitié du corps. Ces insectes, appartenant à la famille des Cerambycidae, font partie de l’ordre des Coléoptères, c’est-à-dire qu’ils possèdent une première paire d’ailes durcies, sclérifiées, appelées élytres. Ces ailes durcies recouvrent la deuxième paire d’ailes (membraneuses), seules fonctionnelles pour le vol, et l’abdomen.

En Belgique, la famille des Cerambycidae comprend 142 espèces dont 8 d’origine exotique, les 48 plus communes et emblématiques sont reprises dans ce carnet.

L’objectif de cet ouvrage est de familiariser le naturaliste amateur à la diversité de ce groupe d’insectes particuliers, et à leur intérêt écologique dans les écosystèmes qu’ils occupent.

Importance écologique des Longicornes

Les Longicornes sont pour la plupart des acteurs majeurs d’un processus naturel, utile mais aussi très complexe : la saproxylation (processus de dégradation du bois). Chaque espèce, outre ses exigences vis-à-vis des essences ligneuses, interviendra à un moment précis du processus de dégradation du bois. Certaines espèces pionnières colonisent les arbres mourants, alors que d’autres continuent le travail de dégradation dans le bois déjà mort. Chaque partie (tronc, écorce, branches, racines) et chaque essence (résineux ou feuillus) se verra alors exploitée par des cortèges successifs d’insectes, dont les Cerambycidae.

L’ensemble du processus est un phénomène dynamique plus ou moins rapide, permettant le recyclage de la matière organique indispensable à la survie de tout écosystème. De par leurs exigences spécifiques, les Cerambycidae peuvent constituer de très bons bio-indicateurs, donnant des informations précieuses sur la qualité du fonctionnement d’un écosystème donné.

Informations complémentaires

Poids 86 g
Dimensions 21 × 14.8 × 0.3 cm
Auteur(s) :

Sébastien RENSON

Format :

36 pages, quadricolor

Date de parution :

2019

Éditeur responsable :

Léon Woué

Réalisé par :

Cercles des Naturalistes de Belgique asbl

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Les longicornes”